Festival de Jazz Montréal – Jesse Cook a la Maison Symphonique

Au moment où le guitariste Jesse Cook a posé le pied sur la scène de la Maison Symphonique, un bref moment de confusion régnait parmi le public: soit un imposteur lui ressemblait comme deux gouttes d’eau ou l’artiste canadien a coupé sa longue tignasse. Tous les doutes étaient dissipés dès les premières notes de Café Mocha.

Photographe : Richard Mercier
Photographe : Richard Mercier

« Si vous n’êtes pas certain, c’est moi! J’ai coupé mes cheveux » dixit le compositeur quelques secondes avant de jouer le second morceau Gravity. Ensuite, il enchaîne avec Taxi Brazil tiré de son plus récent album One World. Celui-ci propose comme ses précédents un tour du monde aux multiples influences teinté de sonorités électroniques.

Tout au long de cette performance qui a duré 2 heures (incluant un entracte de 20 minutes dont on aurait pu s’en passer), certaines chansons impliquaient tous les membres de son groupe (son inséparable Chris Church au violon, Rosendo Arocha aux percussions, le guitariste Nicolas Hernandez et le tout dernier, Dennis Mohammed à la basse) alors que d’autres étaient des duos ou des trios. On pouvait facilement s’imaginer dans café en Amérique Latine tellement l’atmosphère était bon enfant.

À plusieurs reprises, Jesse Cook aime rigoler avec son public et parmi les anecdotes croustillantes, il se demandait si les personnes assises derrière eux avaient payé leurs billets plus chers pour ne voir que leurs derrières.

Vers la fin de la première partie, le quintet encourageait les fans à taper des mains et en fonction de l’intensité générée, chaque musicien accélérait ou ralentissait la cadence. Quelle façon ingénieuse d’absorber l’énergie dans la salle!

Après l’entracte, on a pu apprécier Shake et Three Days, deux autres morceaux du dernier album. Malheureusement, Jesse Cook n’a pas voulu prendre de risque en n’interprétant que 3 titres de One World. C’est vraiment dommage car les concerts à Montréal s’affichaient complet et l’occasion était idéale d’écouter ses nouveaux titres aux mélodies recherchées (Beneath Your Skin, Bombay Slam…) dans un endroit où la qualité sonore est exceptionnelle.

Néanmoins, Jesse Cook a choisi ses valeurs sures pour terminer la soirée en beauté et s’assurer que tout le monde se lève pour se déhancher (Tempest, Mario Takes A Walk et Rumba Medley) Lors du rappel, le quintet s’est réuni devant la scène sans micros pour interpréter 3 reprises: “Cecelia” de Simon & Garfunkel, “Fall At Your Feet” de Crowded House et “Hey Ho” de The Lumineers. Foule silencieuse et attentive, la voix sublime de Chris Church était l’un des points marquants de cette soirée encore fort inoubliable.


– Sorstu.ca


©2017 Jesse Cook. All Rights Reserved.
Web Design by Janine Stoll Media.
Graphic Media by Antoine Moonen.